RDV EN TERRAIN CONNU

Mis à jour : 14 janv. 2020

Le dimanche 12 Janvier 2020 a été marqué du sceau du trail sous toutes ses formes. Du snow trail au cross en passant par un trail en fôret, les Bros se sont fait plaisir sur différents terrains pour démarrer l'année sous les meilleures hospices et mettre la nouvelle Fuji Trabuco Lyte à rude épreuve. Récit des soldats de l'hiver engagés sur les diverses compétitions.



LE TRAIL DES MARCASSINS

Raconté par Guillaume


Courir à la maison (Saint Brice Sous Fôret dans le 9-5) est toujours un grand plaisir surtout quand cette course arrive début Janvier pour lancer la saison. En cette période de vœux, on oublie souvent celui qui est le plus proche de nous. Je profite donc de cet article à propos du Trail des Marcassins pour souhaiter une merveilleuse année 2020 à mon corps, pleins de KM et de D+ , une santé de fer à l’abri des blessures, et beaucoup de plaisir en course avec mes Bros.



Ce dimanche j’ai particulièrement tenu à honorer :


1. Mon cardio à qui je souhaite la plus grande amplitude, je t’ai offert un pic à 225 bpm ce weekend . Parti « comme des golmons » avec Max, une stratégie nouvelle qui ne sera pas adoptée sur toutes les courses mais qui fait du bien. Tenir le top 5 pendant 2-3 km pour ensuite constituer un groupe de 15 coureurs qui vont se tirer la bourre jusqu’à la fin, voilà le scénario de course. Les sensations sont là, les bronches brûlent et le moteur s’enflamme… C’est avec sagesse que je lève le pied au KM 7 pour revenir un rythme plus adapté à la forme du moment.


2. Une pensée particulière pour mes chevilles, je vous souhaite une année pleine de flexibilité. Gâté par Asics et sa nouvelle Trabuco Lyte, je tiens là, la bonne nouvelle de ce début d’année. Prometteuses sur les sentiers du sud de la France, elles ont largement fait le taf dans la boue des Marcassins. Sur un terrain où aucune paire ne peut assurer la stabilité, la Trabuco Lyte a compensé avec courage les glissades. Mais le plus important est sa capacité à relancer, hyper légère et dynamique, les portions de bitume et sentiers m’ont permis de bien rester au contact de la tête de la course. Mention très bien pour son étanchéité, elle évacue la flotte et la boue à la perfection.


3. Chers cuissots, je vous souhaite à votre tour, une belle année, en espérant que vous allez vous développer au mieux en 2020. Pas ménagés ce weekend, la faute à une portion sur une piste VTT qui m’a littéralement cassée les jambes. En confiance avec les Trabuco Lyte grâce à son grip, c’est un vrai roller coaster que j’ai infligé à mes cuisses dans cette portion. On ne sort pas de là indemne mais c’est un exercice hyper utile qui, en course, permet de casser les groupes et creuser les écarts.


Au final, c’est 1h26 pour ces 17K et 350D+ des Marcassins qui me positionnent à une anecdotique 21ème place. Temps record de 49 minutes sous la douche, prise avec mes nouvelles copines Trabuco Lyte afin d’effacer les traces de ce bourbier.



LE TRAIL BLANC DU PONT D'ESPAGNE

Raconté par Cédric D.


En WE prolongé à Barèges (centre de performance national du Bromance Athletic Club) je profite de l'organisation du Trail blanc du pont d'Espagne (20km /520d+) pour lancer ma saison dans mes Pyrénées natales. Ce trail était aussi ma première en mode snow trail, une grande découverte en perspective. Le départ est donné à 9h, à l'ancienne sous moins 3 degrés et une neige bien dure. Ici pas de sas de départ , ni d'arche ou de ligne... Un départ à l'ancienne pour mon plus grand plaisir !


Je pars avec prudence, laissant la tête de course à portée de fusil. La course se décompose en deux boucles, il est donc primordial de ne pas se laisser aspirer par les machines qui partent capot ouvert sur le 10k. Je démarre donc sûrement mais à un bon rythme. Les Trabuco Lyte me rassurent, je ne glisse pas sur la neige, et sur les premiers singles je remonte tranquillement certains concurrents ayant plus de difficultés dans les relances sur ce terrain pas facile mais au combien magnifique.

Je prends la confiance, un peu trop, dès que le relief me permet de dérouler. Très vite, je comprends qu'il me sera impossible de tenir mon rythme "normal" sur neige. Imaginez vous courir 20km dans des dunes de sables, bah voilà, on s'enfonce, on relance en permanence, le cardio monte vite et les cuissots vous demandent ce qu'on fait ici début Janvier, avec une température négative et juste après un régime hivernal chargé en alcool et grandes bouffes !

Je termine la première boucle en 14e position en ayant avalé la totalité du D+ en courant (j'aime quand ça grimpe). Je vais garder cette place jusqu'au 15e km... À partir de là on enchaîne des bosses, des descentes et des longues lignes droites ! Le cardio s'emballe et c'est la tuile ! La pointe !!!!  J'essaye de me calmer en profitant du paysage totalement enneigé et incroyable ! Sur la fin du parcours je perds 3 places mais ce n'est pas grave. J'ai pris un pied monumental sur cette course de reprise et j'ai déjà hâte d'être au top pour affronter le MIUT et les DOLOMITES !


Je me refais la cerise avec un ravito royal avant de rejoindre mes pistes et mes sentiers du Tourmalet pour 4 jours pour le plus grand bonheur de mes cuissots !



LE CROSS DE CHAVILLE

Raconté par Cédric Fabulet


Dernière course du weekend pour le B.A.C. sur les Championnats de Cross Départementaux 75 & 92 à Chaville. Ça ne parlait ni de dénivelé ni de circonférence des mollets mais plutôt de longueur de pointes et de débardeurs.

C'est le grand classique du début de saison pour les clubs, les cross-country. Le principe est simple, 3 boucles pour un total de 8,5km à faire à bloc ! Les athlètes sortent leurs plus beaux mini shorts/cuissards, débardeurs du club et pointes de cross pour tout dégueulasser dans la boue.


Après un rapide repérage du parcours pendant l'échauffement, je sors les Trabuco Lyte sans hésiter et range mes pointes Asics du lycée au fond du sac, pas assez de boue aujourd'hui !

Coup de pétard et direct ça joue dans coudes et ça se bouscule pour se placer. Le parcours est très vallonné pour un cross, montées ou descentes, pas de plat, pas répit. Mais le terrain est propice pour les Trabuco Lyte entre singles de terre et chemins caillouteux, elles répondent bien et font la nique aux pointes des crossmen. Les deux premières boucles défilent rapidement mais la répétition des côtes sèches me casse les jambes.


Le dernier tour va être violent, les jambes brulent et le cardio est au max. À chacun fin de de côte, je bégayais en thaïlandais en tirant la gueule avec des relances toujours plus douloureuses. Enfin arrive la côte finale avant l'arrivée et la dernière accélération, pour finir avec panache et un gout de sang dans la bouche ! Encore une belle connerie ce cross, comment peut on s'infliger autant de souffrance ? Mais je repars avec une qualif' pour les régionaux (ou je n'irai pas d'ailleurs) ! On arrête les conneries car la saison de trail commence !

0 commentaire

Posts récents

Voir tout