WEEKEND CHOC #1

Mis à jour : 5 mars 2020

Dans le cadre de la prépa au MIUT, qui aura lieu fin Avril, la team trail se prépare comme elle peut en région Parisienne (Buttes Chaumont, Montmartre, 25 bosses, Bures), et en profite pour s'envoyer des sessions hyper intenses pendant des weekends dédiés. Le premier s'est déroulé dans le Pays Basque, et plus particulièrement sur le secteur d'Ascain, là où à lieu la fameuse course la skyrhune.



JOUR 1 : 22 kilomètres, D+ 1800, 3h45 Lever aux aurores et décollage immédiat pour Biarritz, c’est parti pour un week-end prolongé entre bros : chill, farniente et omelette aux cèpes... Hum, ah non, il paraît qu’on est venu ici pour courir et faire du dénivelé… Ça sent l’arnaque cette histoire !

Cédric D. joue à domicile et nous servira de guide pour découvrir le pays basque et ses « tendres » reliefs (on s'en reparle lundi soir). Direction Ascain pour s’installer dans notre charmant Airbnb, accueillis par Véronique qui a roulé sa bosse notamment sur la Diag des fous. Tous suspendus à ses lèvres, on écoute avec attention et respect les anecdotes de ses folles aventures de trails.


Au loin, la Rhune nous fait déjà de l’œil. Premier déjeuner, sieste et chacun se prépare et ajuste son équipement, Trabuco Lyte ou Pro @Asics aux pieds pour ce premier après-midi de jeu. Au programme, le presque parcours de la Skyrhune, petite course de quartier où les premiers montent les côtes en 3'20 du kil. Pas de quoi effrayer les bros qui partent prudents... Ah non, à pleines balles sur les sentiers basques.


Une photo souvenir en haut de la Rhune et ça repart. Au total, 22 kilomètres parcourus, 1500 de D+. De son côté, Cha trimballe toujours sa jambe de bois depuis Bouffémont, alternant entre course à pied et marche rapide et se fait la Rhune une première fois. Une bonne nuit de sommeil s’annonce après une bière dégustée sur la place du village, le deuxième jour va faire très (très) mal.




JOUR 2 : 36 kilomètres, D+ 3300, 6h


Ciel bleu et températures caniculaires (pour un mois de février), cette deuxième journée s'annonce très caliente ! Après un petit-déjeuner plus healthy que la plus vegan de tes copines, reprise du rituel : enfilage de la plus belle tenue, choix des ravitos dans le bar à barres, quelques étirements et 4 litres d'eau/personne plus tard, c'est parti pour un tour du pays en compagnie des pottoks.


Véro a concocté un programme aux petits oignons (sans oignons) pour les bros, histoire de leur faire découvrir du pays. Ça envoie sec dans les descentes, shorts papillons et casquettes au vent. Deux allers-retours de la Rhune pour Cha, côtés basque puis espagnol, un sens de l’orientation toujours proche de zéro et une fin de sortie d’un ennui mortel, la journée se termine enfin !


Quelques bretzels, de la bière, plus de pieds pour Guillaume et plus de jambes pour les autres et on part déguster la meilleure omelette aux cèpes de tout le pays basque (RIP la côte de boeuf). Petite balade de récup dans Biarritz by night, une fessée et au lit !



Jour 3 : 21 kilomètres, D+ 1 500, 3h30


Grasse matinée jusqu'à 9h puis Cédric D. annonce le programme de la journée : courir. Rien de nouveau sous le soleil, on est là pour borner et bouffer du D+. Départ en fin de matinée direction le Miramar puis la Rhune pour un quatrième aller-retour.


Il fait beau comme en Bretagne, pluie et vent glacial, idéal pour bosser le mental.  Guillaume n'a pas récupéré ses pieds mais ça ne pouvait pas être pire, Cédric F. se bat avec ses lunettes sans essuie-glaces, Cédric D. n'est pas venu là pour enfiler des perles et Romain ne se départit pas de son sourire : "Bordel c'est beau !" (à croire qu'il n'a jamais été en Bretagne).


Dernière Rhune pour Cha, paysages aux faux airs de Ben Nevis, ça court sur le plat et dans les montées, il y a (enfin) de l’espoir ! On trinque au café, les doigts gelés mais le visage ravi. La Rhune a tenu ses promesses, challenge remporté haut la main !


Rendez-vous en mars dans la Drôme pour le WEC #2 !

#onnestpasvenupourmonterquedescollines

0 commentaire

Posts récents

Voir tout